Dossier de Presse

La Commission des Relations Extérieures a réalisé un Dossier de Presse afin d’assurer un discours cohérent lors d’éventuels échanges avec des journalistes. En effet, il s’agit de répondre de façon simple et intelligible aux questions que le public se pose habituellement à propos d’hypnose.

17 questions ont été analysées afin de pouvoir y apporter un point de vue professionnel. La Commission estime souhaitable que les membres qui s’expriment publiquement au nom de l’APH aient des réponses similaires. Cette harmonisation du message sera propice à la crédibilité du label APH.

Découvrez ci-dessous les 17 questions-réponses ou téléchargez le PDF en cliquant ici.

1. L’hypnose est-elle sûre ?

Oui, l’hypnose est une pratique sûre. L’état hypnotique est un état modifié de conscience que nous vivons tous, naturellement, plusieurs fois par jour (par exemple, lorsque nous conduisons notre voiture en pensant à autre chose). Lorsqu’elle est pratiquée en cabinet, l’hypnose est considérée comme une pratique sûre pour autant qu’elle soit effectuée par un praticien qualifié et compétent. Notre association vérifie les formations de ses membres et valides les écoles sérieuses.

Il est important de noter que l’hypnose peut ne pas être appropriée pour tout le monde, en particulier pour les personnes souffrant de certains troubles mentaux, telles que les pathologies dissociatives.

2. Comment trouver un praticien qualifié en hypnose ?

En Suisse, il n’existe pas de réglementation spécifique en matière de formation et de certification pour les praticiens d’hypnose. C’est de la responsabilité du client d’effectuer les vérifications d’usage sur le praticien qu’il contacte, notamment afin de s’assurer que celui-ci ait suivi des formations adéquates, dans des écoles sérieuses et qu’il ait une bonne pratique.

Il existe quelques associations qui vérifient les formations des praticiens telles que l’ASCA ou l’APH. Dans notre association, par exemple, nous vérifions le nombre d’heures de formation de nos membres et le sérieux des écoles suivies.

3. Combien de temps dure une séance d’hypnose ?

La durée d’une séance d’hypnose est usuellement d’une heure à une heure trente. Il faut noter que lors du premier rendez-vous, l’établissement d’un rapport de confiance et l’anamnèse du cas exposé occasionnent un prolongement de la séance.

D’autre part, une séance d’hypnose peut varier notablement en fonction de la suggestibilité du sujet, de l’importance de la problématique traitée et de la technique utilisée. Certaines méthodes, comme le Changement Rapide ou la PNL peuvent atteindre d’excellents résultats en 30 à 45 minutes seulement. D’autres approches spécifiques mettent l’accent sur un travail global et intense qui nécessitent jusqu’à deux heures de séance, voire plus.

Un hypnothérapeute professionnel prendra toujours soin de vous avertir de la durée prévue et des coûts occasionnés en conséquence.

4. Est-ce que je peux être hypnotisé(e) contre ma volonté ?

Personne ne peut être hypnotisé contre sa volonté. L’hypnose ne peut fonctionner que si la personne donne son accord, c’est à dire uniquement si elle veut bien « jouer le jeu » d’une manière ou d’une autre.

Il existe dans l’esprit humain plusieurs niveaux de sécurité destinés à préserver l’intégrité physique, psychique et morale de la personne. Nos thérapeutes travaillent avec la personne qui garde ou reprend le contrôle sur des automatismes inconscients.

Sur le plan conscient nous trouvons la raison, que nous appelons le facteur critique. Cette partie fait souvent barrage au changement et l’hypnose se doit de la contourner pour obtenir un résultat dans l’inconscient. Le fait d’outrepasser la raison logique est essentiel pour atteindre la structure inconsciente responsable des dysfonctionnements afin d’y apporter des modifications.

Toutefois, il existe un second système de protection plus profond qui empêche toute intervention qui pourrait être nuisible. C’est ce même système qui vous réveillerait au milieu de la nuit par exemple, même profondément endormi, dans le cas d’un danger comme un incendie. Si vous vous trouvez en hypnose profonde et que quelque chose « ne va pas » pour vous, ce système inconscient va vous ressortir spontanément de la transe hypnotique.

Il faut tout de même noter que nous subissons quotidiennement des influences auxquelles nous donnons notre accord sans même y penser. Ce sont les informations répétitives, la publicité et tous les conditionnements culturels qui modèlent nos croyances personnelles. Lorsque ceux-ci commencent à vous poser problème, l’hypnose peut vous en libérer en vous redonnant accès à votre véritable libre-arbitre.

5. Est-ce que tout le monde peut être hypnotisé ?

La seule exigence pour pouvoir bénéficier des bienfaits de l’hypnose, c’est d’avoir un cerveau. Naturellement, celui-ci doit être fonctionnel, raison pour laquelle on ne peut pas pratiquer l’hypnose sur des personnes souffrant de graves maladies mentales, notamment dans le cas de pathologies dissociatives (paranoïa, schizophrénie, troubles bipolaires, états borderline instables… )

Ainsi, toute personne peut être hypnotisée. Il faut néanmoins souligner que certains craignent l’hypnose, le plus souvent par ignorance ou par peur de perdre le contrôle.

Chez ces personnes, les résistances peuvent être fortes et rendre difficile le lâcher prise nécessaire pour entrer dans la transe hypnotique. C’est le signe d’un besoin accru de sécurité et seule une bonne qualité de relation thérapeutique pourra y remédier.

Reste toutes les personnes qui ne croient pas aux possibilités de l’hypnose ou qui en ont si peur qu’elles ne veulent même pas essayer. C’est pourquoi on ne les voit généralement pas dans nos cabinets. Peut-être savent-elles intuitivement qu’elles pourraient justement être hypnotisées…

Un bon professionnel de l’hypnose saura mettre en confiance son client afin que celui-ci puisse contacter son subconscient en tout sécurité.

6. Est-ce que l’hypnose est efficace pour arrêter de fumer, perdre du poids ou pour améliorer le sommeil ?

L’hypnose n’est pas une solution miracle qui fait arrêter de fumer ou perdre du poids, elle n’en reste pas moins très efficace.

L’hypnose peut aider à changer les comportements et les habitudes en identifiant les facteurs émotionnels ou psychologiques qui poussent à fumer ou à se suralimenter. De plus, l’hypnose peut augmenter la motivation à se libérer de ces comportements et favoriser la mise en place d’habitudes plus saines.

Concernant le sommeil, l’hypnose aide à réduire le stress et l’anxiété qui peuvent perturber le sommeil ou l’endormissement. L’autohypnose peut également apporter des outils au client afin de lui permettre de trouver le sommeil plus rapidement et plus profondément.

7. Est-ce que l’hypnose est aussi efficace en visio et comment s’y préparer pour une séance d’hypnose ?

L’hypnose en visio-conférence réalisée dans de bonnes conditions se montre tout aussi efficace d’un point de vue thérapeutique. De bonnes conditions requièrent pour le client de s’assurer d’être dans un endroit calme et sans interruptions. Celui-ci doit disposer d’une caméra, d’un micro fonctionnel et d’une connexion internet de bonne qualité. La séance se déroule ensuite exactement comme une séance en cabinet.

Il est vrai que la proximité physique peut manquer à certaines personnes. Toutefois, le fait de pouvoir rester chez soi, dans un endroit familier et sécurisant, s’avère pour certains être un avantage. Ceci est particulièrement vrai dans le cas d’une phobie sociale, ou d’une personne n’osant plus sortir de chez elle par exemple.

8. Quels sont les avantages et les inconvénients de l’utilisation de l’hypnose ?

Un des avantages de l’hypnose est qu’il est possible de travailler sur une problématique sans forcément devoir en parler, ni même que le thérapeute sache de quoi il s’agit. Souvent, dans un travail hypnotique, le résultat va au-delà de la problématique.

On obtient un résultat de manière très rapide et avec un taux de réussite élevé.

Le client peut se connecter à des ressources profondes et à un potentiel personnel dont il n’a pas forcément conscience. L’hypnose est un grand vecteur de confiance en soi. Les applications de l’hypnose dans le monde du sport en sont un exemple.

9. Quelles sont les indications et contre-indications de l’hypnose thérapeutique ?

Il y a plusieurs contre-indications potentielles pour l’utilisation de l’hypnose thérapeutique, elles incluent :

  • Les personnes en manque de sommeil au moment de la séance d’hypnose car elles ne pourront pas participer activement au travail thérapeutique.
  • Les personnes qui sont sous l’emprise de drogues ou d’alcool ne sont pas en état de tirer profit d’une séance d’hypnose.
  • Les personnes atteintes de schizophrénie ou de troubles psychotiques sévères peuvent ne pas être appropriées pour l’hypnose, car elles éprouvent des difficultés à distinguer la réalité de l’imagination.
  • Les personnes atteintes de troubles mentaux graves tel que la psychose, la démence ou un retard cérébral grave sont contre-indiquées pour l’hypnose.

Il est important de noter que ces contre-indications sont générales et peuvent varier en fonction de la situation spécifique, il est donc important de consulter un professionnel qualifié pour évaluer l’aptitude à l’hypnose thérapeutique avant de débuter une hypnose.

Les indications de l’hypnose thérapeutique incluent :

  • La gestion de la douleur chronique, comme les maux de tête, la fibromyalgie et les douleurs articulaires.
  • La gestion de la douleur pendant la chirurgie et les soins médicaux invasifs.
  • Les troubles alimentaires tels que l’obésité, l’anorexie et la boulimie.
  • Les troubles anxieux, comme l’anxiété générale, le trouble panique et le trouble obsessionnel-compulsif (TOC).
  • Les troubles de l’humeur, comme la dépression.
  • Les troubles de l’enfance, tels que l’énurésie (pipi au lit) et les phobies.
  • Les addictions, comme l’alcoolisme, le tabagisme et les drogues.
  • Les troubles de comportement, tels que les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et les troubles de stress post-traumatique (TSPT).
  • Les troubles de sommeil, comme l’insomnie.
  • Les troubles sexuels, comme l’éjaculation précoce et la dysfonction érectile.
  • Les troubles psychosomatiques tels que l’asthme, les maux d’estomac, les migraines.
  • Le manque de confiance en soi ou d’estime de soi.
  • Les dépendances affectives ou à des substances (sucre, alcool, drogues, écrans, jeux ..).
  • La préparation à la naissance et la périnatalité.

D’autres indications spécifiques peuvent être mises en évidence avec l’aide du praticien.

10. Quel est l’état actuel des recherches scientifiques sur l’efficacité de l’hypnose ?

L’hypnose thérapeutique est reconnue en Suisse par les plus grandes universités.

Ainsi le site des hôpitaux universitaires de Genève (HUG) mentionne l’historique de la reconnaissance des effets thérapeutiques de l’hypnose.

De nombreux experts mentionnent les effets thérapeutiques validés par la science moderne. Ainsi Antoine Bioy professeur de psychopathologie et psychologie médicale (Université de Bourgogne, docteur en psychologie clinique et expert Scientifique de l’IFH) mentionne quelques études sur l’effet positif de l’hypnose sur les douleurs chroniques, la dermatologie, l’arrêt du tabac ainsi que les bonnes conduites de santé.

L’APH peut sur demande fournir un document plus détaillé contenant un survol des études cliniques publiées qui ont démontré l’efficacité de l’hypnose pour la guérison, le soulagement de la douleur et le traitement de divers problèmes (stress, anxiété, dépression et autres).

De nombreuses recherches ont été publiés dans des revues respectées et démontrent des résultats valables scientifiquement pour une multitude d’applications thérapeutiques de l’hypnose.

11. Quelles sont les qualifications et les formations requises pour pratiquer l’hypnose en Suisse Romande et comment l’hypnose est-elle réglementée en Suisse Romande ?

Il n’y a pas d’exigences particulières en termes de qualifications ou de formations pour pratiquer l’hypnose en Suisse Romande, comme c’est également le cas pour de nombreuses autres approches thérapeutiques.

Afin de garantir les compétences des hypnothérapeutes de Suisse Romande, l’APH Association des Praticiens en Hypnose exige de ses membres le nombre d’heures de formation et de pratique suivants :

Membres Adhérents : 150h de formation minimum.

Membres Constituants : 200h de formation minimum.

Membres Référents : 300h de formation minimum, 5 ans de pratique, plus de 1’000 séances effectuées et doivent être reconnus comme thérapeute auprès de l’AVS.

12. Comment l’hypnose est-elle perçue dans différentes cultures et sociétés à travers le monde ?

Histoire

On retrouve les premières traces de soin par la parole en Mésopotamie, il y a plus de 6000 ans. Un manuscrit cunéiforme sumérien décrit des guérisons obtenues par le biais d’états modifiés de conscience.

En Égypte, le papyrus Ebers dénombre presque 900 procédés médicaux, dont beaucoup ressemblent à de l’hypnose. Une stèle égyptienne du temps de Ramsès II décrit aussi une « séance d’hypnose » destinée à motiver les soldats.

Socrate enseigne que parler aux gens d’une voix monocorde les met dans un état de réceptivité et d’ouverture d’esprit propice à la guérison.

Après les apports de Gottfried Leibniz, Franz Anton Mesmer, Chastenet de Puységur et l’Abbé Fariat…

c’est James Braid, en 1841 qui pose les bases scientifiques d’une pratique thérapeutique uniquement verbale et qui la nomme « hypnose ».

Milton Hyland Erickson est à l’origine de l’hypnose ericksonienne et inspire l’école Palo Alto qui se déploie à partir des années 1930.

Cultures et sociétés

La puissance de l’imaginaire et son impact sur la pensée a toujours accompagné l’être humain. Dans les sociétés primitives, les rites initiatiques ou de guérison produisaient des états modifiés de conscience capables de transformer les perceptions du sujet et d’influencer sa physiologie.

Dans certaines cultures, l’état de transe est considéré comme une expérience spirituelle ou religieuse importante. Les pratiquants l’atteignent au moyens de rituels ou de pratiques méditatives, et peuvent le percevoir comme une connexion avec des puissances divines ou comme une exploration de leur propre subconscient.

Les guérisseurs traditionnels exploitent l’état de transe pour aider à diagnostiquer ou traiter les maladies, en se connectant avec des forces invisibles, des ancêtres ou des esprits, ou en utilisant des pratiques de guérison énergétique.

Les sorciers de villages, chamanes et autres guérisseurs utilisent presque toujours, consciemment ou non, la puissance de la suggestion, que l’on qualifierait d’hypnotique aujourd’hui. Dans notre culture judéo-chrétienne, on retrouve également ces principes dans la pratique de la prière qui pourrait être considérée comme une puissante auto-suggestion.

Nos sociétés modernes ont privilégié la rationalité plutôt que les croyances et il a fallu attendre l’avènement de l’imagerie cérébrale pour comprendre les implications de l’hypnose dans les processus neuronaux. Dès lors que l’hypnose a pu être scientifiquement démontrée, elle a acquis ses lettres de noblesse aux yeux du monde médical et du grand public.

C’est ainsi que de plus en plus de gens s’intéressent à cette technique pour régler leurs troubles physiques, psychiques et émotionnels. En outre, l’hypnose offre un excellent moyen de développement personnel en permettant l’amélioration de ses propres ressources.

Cependant, dans certaines sociétés modernes, l’état de transe est encore mal compris et peut être perçu comme dangereux ou comme une forme de manipulation mentale. Ceci est dû en partie à des représentations sensationnalistes dans les médias, qui donnent une image fausse de ce qu’est réellement l’hypnose et de comment elle fonctionne.

En réalité, l’état de transe hypnotique est un état parfaitement naturel qui peut être bénéfique pour de nombreuses personnes. On peut s’en servir pour gérer la douleur, réduire le stress et l’anxiété, améliorer la confiance en soi et bien d’autres choses encore.

Alors que l’hypnothérapie gagne en popularité, un grand nombre d’écoles se sont ouvertes pour former des praticiens en hypnose. Dans ce contexte, il est important de vérifier que le praticien choisi soit bien formé dans les techniques éprouvées de l’hypnose afin de se donner les meilleures chances d’atteindre son objectif.

En effet, il est important de noter que l’hypnose est un outil puissant qui doit être utilisé par des professionnels formés et qualifiés afin d’éviter tout effet indésirable ou risque pour la santé.

C’est pourquoi l’Association APH s’est donné pour mission de servir de référent en ce domaine et certifie ses membres selon des critères rigoureux.

13. Quels sont les futurs développements prévus pour l’utilisation de l’hypnose dans le domaine médical et thérapeutique?

L’hypnose thérapeutique et médicale couvre de nombreux domaines d’application.

Dans le domaine médical, l’hypnose antalgique et analgésique est de plus en plus utilisée pour la réalisation de soins douloureux, pour améliorer le confort du patient, pour diminuer ses angoisses et même pendant certaines opérations. Elle est également plus fréquemment utilisée par les secouristes et urgentistes avec des techniques bien spécifiques permettant une prise en charge rapide du patient.

D’une manière générale, elle facilite les soins et permet souvent de réduire l’utilisation d’anxiolytiques et d’antalgiques. Les soignants notent une récupération plus rapide. Enseignée à l’université et dans les cursus de formation des centres hospitaliers, il est probable qu’elle continue à se développer dans le domaine médical avec un plus grand nombre de soignants formés, comme c’est le cas actuellement pour les chirurgiens-dentistes par exemple.

Ces dernières années, son champ d’application s’est étendu à de nouveaux domaines. En cabinet nous avons de plus en plus de demandes en périnatalité, pour accompagner les enfants, les couples, les sportifs et pour faciliter les apprentissages. Ce dernier domaine est sans doute un champ d’application à suivre avec attention dans les prochaines années puisqu’il est possible d’augmenter des capacités de concentration, de mémorisation et de devenir plus performant sur le plan cognitif.

14. Combien de séances sont nécessaires?

L’hypnose fait partie des thérapies dites “brèves” par opposition aux thérapies habituelles. Cependant, il n’existe pas de consensus concernant le nombre de séances entrant dans le cadre des thérapies brèves.

Un accompagnement en hypnose peut aller d’une seule séance à un nombre beaucoup plus important, en fonction des problématiques et de leur complexité, mais également de l’addition des différentes demandes du client qui peut avoir plusieurs objectifs distincts.

Il est donc difficile d’indiquer un nombre de séances même si, d’une manière générale, un accompagnement classique se situe le plus souvent entre 3 et 6 séances pour un seul objectif.

15. Différence entre méditation et hypnose ?

La méditation et l’hypnose sont deux pratiques distinctes, bien qu’elles puissent comporter des similitudes. Du point de vue physiologique, neurologique et scientifique, il existe des différences importantes entre ces deux états de conscience modifiés.

Sur le plan physiologique, la méditation et l’hypnose ont des effets différents sur le corps. La méditation peut réduire le rythme cardiaque, la pression artérielle et les niveaux de stress, tandis que l’hypnose peut entraîner en plus des changements dans la respiration, la température corporelle et la perception sensorielle.

Au niveau neurologique, les études ont montré que la méditation et l’hypnose peuvent activer des régions différentes du cerveau. La méditation peut activer les zones associées à l’attention et à la conscience de soi, tandis que l’hypnose peut activer des régions associées à la perception sensorielle et à la régulation des émotions. La différence est de plus caractérisée par la différence de fréquence cérébrale.

En termes de mécanismes scientifiques, la méditation et l’hypnose peuvent avoir des effets différents sur le cerveau et le corps. La méditation peut induire des changements dans les niveaux d’hormones de stress, de neurotransmetteurs et de facteurs de croissance, ce qui a des effets bénéfiques sur la santé physique et mentale. L’hypnose, quant à elle, peut en plus avoir des effets analgésiques et antalgiques sur la douleur, ainsi que des effets positifs sur les symptômes de l’anxiété, de la dépression et d’autres troubles psychologiques.

En résumé, bien que la méditation et l’hypnose soient deux pratiques distinctes, elles ont toutes deux des effets bénéfiques sur le corps et l’esprit.

Sur le plan physiologique, neurologique et scientifique, elles diffèrent par les mécanismes qui induisent ces effets, bien que les deux états de conscience modifiés soient examinés pour leur potentiel en matière de traitement de diverses affections.

16. Quelles sont les applications principales de l’hypnose?

L’hypnose offre une grande palette d’applications pratiques, et ce, dans de nombreux domaines, notamment en médecine, en psychologie, en dentisterie, en sport, en éducation, et bien d’autres. Voici quelques-unes des applications principales de l’hypnose :

Traitement des troubles psychologique : L’hypnose permet de régler une grande variété de troubles psychologique, y compris l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil, les troubles alimentaires, les phobies, les troubles obsessionnels compulsifs et les troubles de stress post -traumatique.

Gestion de la douleur : L’hypnose aide les patients à gérer la douleur chronique, la douleur liée à une intervention chirurgicale ou à une blessure, ainsi que la gestion des sensations dans l’accouchement sans douleur.

Comportement : L’hypnose peut être utilisée pour aider les patients souffrant de troubles du comportement, addictions et compulsions.

Amélioration des performances sportives : L’hypnose est efficace pour accompagner les athlètes à améliorer leurs performances en renforçant leur concentration, en améliorant leur confiance en eux et en utilisant leur anxiété de performance.

Gestion du poids : L’hypnose soutient les personnes qui souhaitent perdre du poids en renforçant leur motivation, en modifiant leurs comportements alimentaires et en transformant leur image de soi.

Traitement des troubles du sommeil : L’hypnose apporte une aide remarquable aux personnes souffrant d’insomnie en améliorant la qualité de leur sommeil, en induisant un état de relaxation et en renforçant les comportements de sommeil sain.

Gestion du stress : L’hypnose est réputée pour aider les personnes à gérer le stress et l’anxiété en induisant un état de relaxation profonde et en renforçant les compétences de gestion du stress.

Mémoire et aptitudes cognitives : L’hypnose peut améliorer la mémoire et les performances cognitives chez certaines personnes. Bien qu’elle ne soit pas une solution universelle pour tous les types de problèmes de mémoire ou de performances cognitives, elle offre une alternative naturelle pour retrouver et garder un bon fonctionnement du cerveau.

En résumé, l’hypnose peut être utilisée pour traiter une grande variété de troubles physiques, psychologiques et émotionnels, ainsi que pour améliorer les performances et la qualité de vie de nombreuses personnes. Il est important de noter que l’hypnose doit être pratiquée par des professionnels qualifiés et valablement formés pour éviter tout effet indésirable ou risque pour la santé.

17. Différence entre hypnose de spectacle et hypnose thérapeutique ?

Il existe de grandes différences entre l’hypnose de spectacle et l’hypnose thérapeutique, tant au niveau physiologique, neurologique que psychologique.

Tout d’abord, il convient de noter que l’hypnose de spectacle est destinée à divertir le public, tandis que l’hypnose thérapeutique est utilisée pour produire des changements bénéfiques au niveau physique, émotionnel et psychologique.

Au niveau physiologique, l’hypnose de spectacle et l’hypnose thérapeutique peuvent sembler similaires, car les deux pratiques produisent une relaxation profonde du corps et de l’esprit. Cependant, l’hypnose thérapeutique est généralement plus efficace sur la détente et la libération d’une problématique, alors que l’hypnose de spectacle vise à provoquer des réactions spectaculaires et des comportements inhabituels.

Au niveau neurologique, l’hypnose de spectacle et l’hypnose thérapeutique impliquent toutes deux des changements dans le fonctionnement du cerveau. Les deux formes d’hypnose peuvent entraîner une diminution de l’activité dans les régions du cerveau destinées à percevoir la douleur, ainsi qu’une augmentation de l’activité dans les régions impliquées dans l’imagerie mentale et la créativité.

Cependant, il est important de noter que l’hypnose thérapeutique est souvent utilisée pour traiter des troubles tels que l’anxiété, la dépression et les troubles du sommeil, qui ont tous des bases neurologiques sous-jacentes. L’hypnose de spectacle, en revanche, n’est pas une thérapeutique spécifique et ne vise souvent qu’à divertir le public.

Enfin, au niveau psychologique, il y a également des différences significatives entre l’hypnose de spectacle et l’hypnose thérapeutique. L’hypnose de spectacle est fondées sur des injonctions et des manipulations mentales de la part de l’hypnotiseur, tandis que l’hypnose thérapeutique vise à guider le consultant vers un état de conscience modifié afin qu’il l’utilise librement pour générer un changement bénéfique dans son propre esprit.